Au travers d’échanges internes à l’entreprise avec l’employeur et d’informations plus précisément détaillées qu’elle diffuse par tract auprès des salariés permanents, la CFTC Manpower a dénoncé :
- l’absence de réflexion de l’employeur sur les conséquences de nouvelles organisations commerciales sur les règles de rémunération variable des personnels commerciaux (sujet pourtant crucial pour la bonne efficacité commerciale de l’entreprise), ainsi que le caractère illégal de cette organisation en l’absence de consultation des CE et CHSCT du réseau opérationnel ;
- l’absence également de consultation obligatoire, sur l’augmentation du seuil de déclenchement des primes pour les agents des Centre de Gestion Administrative (CGA), où plusieurs accidents du travail ou arrêt maladie (accidents vasculaires cérébraux, épuisements professionnels...) témoignent ces derniers mois de situations de travail déjà insoutenables pour certains des salariés concernés ;
- le manque d’accompagnement des salariés dans la réorganisation des portefeuilles commerciaux, du aussi aux incertitudes laissées par le projet Envergure 2016 tel que présenté au management ;
- l’absence de perspectives données aux salariés d’entités fermées (pôle service client, agences).

Tous ces dysfonctionnements ne sont pas étonnants, car l’employeur Manpower France n’a pas défini de démarche de Gestion Prévisionnelle des Emplois et ces Compétences (GPEC) : pour illustrer le niveau de l’employeur Manpower sur la question, la DRH Manpower avait refusé la demande CFTC de discuter de la manière dont les travaux et l’expertise des CE et CHSCT pourraient alimenter annuellement une démarche GPEC, lors de la dernière négociation avec l’employeur sur le sujet ?!

La CFTC trouve dommageable que ce projet qui marque un nouveau virage pour Manpower n’ait pas été traité avec transparence et clarté. La Direction continue à avancer comme un rouleau compresseur en occultant le devenir des salariés. C’est pourquoi la CFTC réclame plus de clarté et demande à la Direction de mettre en place rapidement le processus d’information consultation avec les CHSCT et les CE, seuls à même d’appréhender de manière concrète la configuration locale et les moyens réellement existants.


Voir aussi :

- notre article antérieur sur les crispations de l’employeur Manpower contre les salariés et leur représentation, à l’occasion du déploiement du projet « Envergure » ;
- notre article antérieur sur les lacunes du projet « Envergure » soulignées par le Comité Central d’Entreprise (CCE) ;
- notre article antérieur sur l’exploitation-détournement du crédit d’impôt CICE par l’entreprise Manpower ;
- l’accord conventionnel d’entreprise sur la mobilité.