1. Lors de la réunion DP du 27 Mars 2006, vous vous étiez engagé à rencontrer les antennes ASSEDIC (celle d’Amiens par exemple) non respectueuse de l’accord concernant le dispositif mis en place pour le versement provisoire, sur simple déclaration, de l’allocation à laquelle peut prétendre un collaborateur intérimaire et ceux sans attendre le bulletin de paie.
- Ces différentes rencontres ont-elles eu lieu ?

  • Si oui :
    • A quelle date et avec qui ?
    • Quelle a été leur réponse ?
  • Si non :
    • Pourquoi ?
    • Quand prévoyez-vous de le faire, merci de nous donner une date précise ?

Réponse de la Direction : Nous avons transmis la demande à la DO Picardie pour qu’un rendez-vous ait lieu dans les meilleurs délais entre les ASSEDIC et la responsable du CTA d’Amiens.


2. Depuis plusieurs mois maintenant, chaque collaborateur permanent s’est vu attribuer un code et un mot de passe personnel afin de pouvoir se connecter au système informatique de l’entreprise.
- Mais pourquoi, encore maintenant, beaucoup de collaborateurs n’ont pas de code personnel et doivent par conséquent utiliser celui de son ou sa collègue ?
- Est-ce normal ?
- Où est l’utilité d’avoir mis en place ce système ?
- A qui, un collaborateur qui n’a pas de code d’accès, doit-il en faire la demande ?

Réponse de la Direction : Pour nous mettre en conformité avec la loi Sarbanes Oxley (SOX), des procédures liées à la sécurité des postes de travail informatiques (SSO - Single Sign On) ont été instituées qui passent par l’utilisation d’un mot de passe personnel lié au matricule du collaborateur.
Les CDD et CDI nouveaux entrants en attente d’immatriculation dans le progiciel de gestion du personnel, les stagiaires de courte durée et les collaborateurs en mutation se voient attribuer des mots de passe provisoires qui sont réinitialisés toutes les semaines et nécessitent l’intervention du service RH de la DO qui gère ces cas exceptionnels et est l’interlocuteur en la matière.


3. Lors de visites d’agences début mai, nous avons pu constater que l’agence d’Amiens Transport avait un nouveau responsable et une nouvelle assistante d’agence, tous deux déjà rattachés à l’agence d’Amiens Industrie.
- Que sont devenus les anciens collaborateurs de cette agence qui comptait une chargée d’affaire et une assistante d’agence ? Que s’est-il réellement passé ?
- Est-ce un nouvel objectif de la Société d’employer les mêmes collaborateurs sur plusieurs agences ? Cette nouvelle organisation va-t-elle s’élargir sur d’autres agences ?
- Croyez-vous que les collaborateurs se partageant ainsi la charge de 2 agences peuvent être tout aussi efficaces et travailler dans de bonnes conditions ?
- Le temps de travail passé sur chacune de ces agences est réduit, comment les salariés peuvent-ils développer et réaliser les objectifs imposés par la Direction ?
- Ne croyez-vous pas que cette nouvelle organisation va générer du stress supplémentaire car 1 responsable d’agence, 1 assistante et 1 stagiaire d’école (récemment arrivée dans la Société) sont-ils suffisants pour gérer 2 agences ?
- Ce nouveau dispositif oblige la fermeture, sur plusieurs jours par semaine, de l’agence d’Amiens Industrie et Amiens Transports ?
- Comment la Société peut-elle continuer à assurer la qualité de sa prestation dans ces conditions ?
- Pensez-vous que cette nouvelle démarche va permettre de développer commercialement ce secteur qui connaît déjà des difficultés ?
- Que vont penser les clients et collaborateurs intérimaires ?
- Quel impact cette nouvelle organisation va-t-elle engendrer sur l’image de la Société Manpower par rapport aux clients et collaborateurs intérimaires ?

Réponse de la Direction : La collaboratrice commerciale est en congé parental temps plein.
L’assistante d’agence en CDD vient de refuser le CDI, elle a donc été remplacée par une autre assistante, le recrutement lié à l’absence de la collaboratrice commerciale est en cours. L’instabilité actuelle de l’équipe est donc transitoire.